La presse syndicale cheminote en ligne

Reliures presse en ligneConscient de la richesse incontournable pour la recherche sur le syndicalisme cheminot, l’IHS-CGT-cheminots s’est lancé dès 2002 dans la numérisation de titres de presse.

Les journaux syndicaux, qu’ils soient édités en direction des syndiqués et/ou des militants, sont le reflet des activités de la Fédération CGT cheminot et de ses structures syndicales (Unions de réseaux, secteurs, syndicats). Ils se font se fait l’écho des revendications de la corporation, de ses conditions de travail, de leur évolution mais aussi des débats qui ont traversé la Fédération et plus largement la CGT. La situation internationale, les questions sociales et politiques sont également très présentes. C’est aussi un outil très utile pour reconstituer la vie des syndicats.

La presse tient une place importante dans le dispositif de communication, c’est une des armes du combat syndical. Voici d’ailleurs, ce que l’on pouvait lire dans les colonnes du Cheminot syndicaliste, l’organe de l'Union réunifiée des syndicats du réseau PLM (Paris Lyon Méditerranée), en janvier 1935 : « Le journal apporte à nos camarades, à nos militants les dernières décisions, les directives ; il les maintient en contact étroit avec les autres syndiqués ; il les renseigne sur l'activité internationale ; il les documente sur l'évolution économique et sur la vie corporative. […] Il vous apportera aux heures de découragement la lueur d'espoir qui ranime les énergies chancelantes ; il galvanisera les énergies combatives. Il vous dira qu'il faut lutter, il vous apprendra à lutter ».

Presse syndicale cheminote en ligneUn vaste corpus de presse est désormais en ligne de 1892 à 2004, couvrant plus d’un siècle d’histoire sociale cheminote : quinze titres, plus de 3 500 numéros soit plus de 23 500 vues, dont certains étaient jusque-là peu communicables car fragiles.  Parmi eux, avant la naissance de la Fédération, paraissent Le Réveil des travailleurs de la voie ferrée (1892-1898), La Tribune de la Voie ferrée (1898-1914) et le Bulletin mensuel (1914-1917), organes de la Chambre syndicale puis du Syndicat national des travailleurs des chemins de fer. Dès la naissance de La Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer de France, des colonies et pays de protectorat en janvier 1917, la Tribune des cheminots voit le jour en mars 1917. C’est aujourd’hui encore la parution mensuelle de la Fédération. Bien sûr, elle a connu de nombreuses vicissitudes : lors de la Seconde guerre mondiale, deux éditions coexistent, l’une légale, l’autre clandestine. De même, pendant la scission syndicale, à partir du 1er juin 1921 et jusqu’en décembre 1935 chez les cheminots[1], deux collections parallèles se font face, celle des unitaires et celle des confédérés. Joseph Jacquet, militant qui a coordonné le premier ouvrage sur l’histoire de la Fédération publié en 1968, indique avoir beaucoup utilisé la Tribune des cheminots qualifié de « matériau n°1 ».  Parmi les titres publiés par la Fédération, citons également La Tribune des militants (1962-1965) devenue Le Courrier du cheminot (1966-2014) à partir de février 1966. Ce sont des publications plus spécialisées et exclusivement destinées aux militants, élus et mandatés ainsi qu’aux structures syndicales. Le Courrier du cheminot sera mis en ligne ultérieurement. Aux côtés de la presse fédérale publiée au niveau national, vous pourrez également découvrir quelques titres régionaux d’Unions de syndicats, notamment Le Cheminot de l’Est ou Le Cheminot syndicaliste éditée par l’Union des syndicats du réseau PLM qui devient l’Union de la région Sud-Est en 1938. Enfin, le Bulletin de l’union interfédérale des transports (1982-…), dont la Fédération des cheminots est membre, est également en ligne pour la période 1994-2004.

Pour une présentation détaillée des différents titres en ligne, rendez-vous sur cette page.

Pour accéder aux documents eux-mêmes, c’est ici.

 

[1] La scission de la Confédération, elle, intervient en décembre 1921 et prend fin en mars 1936.