Sur les routes d'acier, 1938

Auteur
Peskine, Boris (1911-1991). Réalisateur
Contributeur
Tailleferre, Germaine (1892-1983). Compositeur
Editeur
Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer
Date du document
1938
Type de document
Vidéo
Documentaire
Coloration
Noir et Blanc
Générique
« La Fédération Nationale des Travailleurs des Chemins de Fer/ en collaboration avec la Fédération des Cadres des Chemins de Fer présente:/ Sur les Routes d'Acier/documentaire sur le rail et les cheminots réalisé avec le concours de la Maison de la Technique/ Distribué par Ciné-Liberté ». Réalisation, photographie et montage : Boris Peskine Scénario et commentaire : Peskine et Griffoul Musique originale : Germaine Tailleferre Orchestre : Direction de Maurice Jaubert Ingénieur du son : Couessin Dessins et graphiques : Griffoul Une des voix off : André Peskine
Durée
00:38:09
Catégorie
Film
Langue du document
Français
Format
1 fichier vidéo numérique (MPEG-4) : noir et blanc, son. Format original : film 35 mm. Film restauré en 1995 par les archives françaises du film du Centre national du cinéma et de l'image animée, ministère de la culture.
Description
Histoire de la naissance du chemin de fer, de l’invention de la machine à vapeur jusqu’à la naissance de l’autorail et de l’énergie électrique, séquences documentaires sur la vie ferroviaire. Ce film fédéral est avant tout un hymne au travail et au savoir-faire des cheminots. Il exalte tous les corps de métier qui font la profession, de l'homme de voie à l'ingénieur, et présente celle-ci comme une somme de rigueur, d'abnégation et d'héroïsme. Les fonctionnements respectifs des gares de triage et de marchandises sont présentés avec précision et l'importance du rail dans la vie économique du pays est soulignée. Du nord au sud, presque tous les paysages de la France, naturels et industriels, sont évoqués : barrages, ports de pêche, mines, cokeries, vergers, vignes, montagnes (avec tunnels et viaducs)... Brève séquence concernant les départs suscités par les premiers congés payés accordés par le gouvernement du Front populaire. Organigrammes de la SNCF et de la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer dont une partie des œuvres sociales et des activités culturelles est également présentée. Il est précisé que l'Orphelinat des cheminots a accueilli ""une vingtaine de petits enfants espagnols"" et l'on aperçoit la représentation théâtrale d'une pièce de Molière. Soutenu par l'État qui venait de nationaliser partiellement les chemins de fer et de créer la SNCF, Sur les routes d'acier accorde une place ténue à l'histoire et à l'organisation syndicale. Ce film souligne ainsi l'originalité des positions de la Fédération des cheminots durant la période du Front Populaire (non-participation aux grèves de juin, participation à la gestion d'une nouvelle société d'Etat). Sur les routes d'acier fut achevé en novembre 1937 et diffusé à partir de janvier 1938. Amputé de sa brève séquence syndicale, il fut distribué dans les circuits Gaumont. Il existe donc deux versions du film : l'une syndicale (celle que l'on connaît aujourd'hui), l'autre « commerciale » un peu plus courte. Chronologiquement, c'est le premier des trois films fédéraux soutenus par la CGT. Pour plus d’informations, notamment un découpage par séquences, voir le site de ciné archives.
Droits
Droits négociés
Source
Institut d'histoire sociale CGT cheminots
Cote
1 AV 1
Date de mise en ligne
Avril 2018
Provenance
Institut d'histoire sociale-CGT cheminots ; Ciné Archives
Permalien
http://archives.cheminotcgt.fr/idurl/1/1333